Il n'y a aucune exigence gouvernementale qui oblige les immigrants au Nouveau-Brunswick à être bilingues.

Bilinguisme Immigration
Partager:

Il existe un réel décalage entre la vérité sur l'immigration et la désinformation diffusée par la littérature haineuse et raciste. Certains de ces documents créent à tort une situation très dangereuse et effrayante pour tout nouvel arrivant au Nouveau-Brunswick. D'autres informations sont destinées à faire craindre aux Néo-Brunswickois pour leur emploi et la prise de contrôle éventuelle du gouvernement et des lois par des citoyens francophones.

Selon un billet de l'Anglophone Rights Association of New Brunswick daté du 18 janvier 2020, "de plus en plus d'étrangers du Québec et des pays de la Francophonie viennent combler ce besoin de main-d'œuvre bilingue".  

Créer la peur des immigrants est un effort continu qui vise également la population acadienne qui prétend affaiblir son propre dialecte à l'arrivée d'autres personnes parlant français.

La réalité est que le Nouveau-Brunswick a besoin que les gens s'installent dans la province. Une grande partie de la population active prendra sa retraite dans un avenir proche. Il y a un besoin de personnes pour occuper ces postes. Il faut que des gens créent des entreprises pour remplacer les petites entreprises qui fonctionnent dans les communautés rurales de la province (agriculteurs, propriétaires de magasins, cuisiniers).

En ce qui concerne la situation linguistique des immigrants, le recensement de 2016 montre qu'un peu plus de 22 % d'entre eux sont bilingues, soit presque le même pourcentage que lors du recensement de 2011.



Anglophone Rights Association of New Brunswick (ARANB)
A Non-profit Association

L'immigration au Nouveau-Brunswick est en augmentation mais n'est pas liée à des exigences linguistiques.


Verdict: VRAIFALLACIEUXFAUX


4 mars 2020

Partager: