Oui, la réforme proposée du service ambulancier contrevient aux lois canadiennes et néobrunswickoises en matière linguistique.

Bilinguisme Milieu de travail
Partager:

En décembre 2018, le ministre de la santé du NB Ted Fleming propose de réformer les politiques linguistiques du service ambulancier de la province. Cette réforme permettrait que dans certaines parties de la province, l'obligation d'avoir des ambulanciers bilingues pour répondre à des appels d'urgence, serait abolie. Le Commissaire aux langues officielles prétend que cette mesure, en plus de mettre la vie des gens en dangers, contreviendrait aux obligations linguistiques prévues dans la constitution canadienne et à la Loi sur les langues officielles du NB.

Selon le ministre de la santé, les politiques linguistiques d'Ambulance NB accentuent la pénurie de personnel ambulancier et cause des difficultés de recrutement. Il considère que l'assouplissement des règles qu'il propose serait une solution à ce problème. Il est difficile de vérifier de manière factuelle les dangers sanitaires qu'entraînerait cette réforme. Toutefois, du point de vue des droits linguistiques il apparaît que les lois, soient-elles canadiennes ou provinciales, sont plutôt claires sur le droit des citoyens d'obtenir des services dans la langue de leur choix. 

Plusieurs intervenants syndicaux et du secteur de la santé ont d'ailleurs soulignés que la pénurie d'ambulanciers est une difficulté dans toutes les provinces. Les conditions de travail, les salaires et le manque de soutien psychologique en serait la cause et non la langue de travail. 


Commissariat aux langues officielles du N.B.(CLONB)
Commissaire aux langues officielles du N.-B.

"La réforme du service d'ambulance contrevient aux lois du NB et du Canada."


Verdict: VRAIFALLACIEUXFAUX


15 juin 2020

Partager: